Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Années 80 : La Communauté Fan des 80's !!!

Années 80 : La Communauté Fan des 80's !!!

Années 80 : Venez prendre un petit coup de vieux dans notre bienfaisante Communauté ! extraits télé, pages de pub, jouets, sucreries, produits disparus, clips videos, portraits 80's des membres et bien d'autres tonnes de surprises ! ! ! :)

« BLADE RUNNER » par Odile et Mathieu :)

undefinedRésumé :
 
Petite révision pour ceux qui débarquent (non les martiens, vous vous ne débarquez pas, je ne parle pas de vous, ce n’est pas le bon film) ! Bon, pouf pouf, reprenons : L’action se passe en 2019 (si, j’ai vérifié sur un calendrier). Los Angeles est devenue une gigantesque cité cosmopolite toute entière vouée au culte de la technologie, embrumée en permanence et noyée sous des pluies diluviennes, pour la plus grande joie des fans de Fred Astaire. Pour accomplir les tâches ingrates, les humains ont inventé les Réplicants, des Androïdes hyper sophistiqués à l’image presque parfaite de l’homme et entièrement soumis à sa volonté (oui oui, à toutes les volontés, pervers que vous êtes !).


 Après une révolte sanglante des Réplicants dans une colonie martienne, ces derniers sont alors interdits sur Terre. Quatre d’entre-eux, Roy Batty (le guerrier), Pris (la jolie fille blonde), Leon (non pas celui qui tire partout,...quoique c’est pas loin !) et Zhora (non pas la belle rousse farouche) réussissent à s’évader pour retrouver leur créateur à
la Tyrell Corporation, la société qui les a fabriqués, et l’obliger à rectifier leur caractère génétique qui les limite à une durée de vie de quatre à cinq undefinedans tout au plus (très dur pour fêter ses trente ans…la plus belle décennie). La police charge alors Rick Deckard, un Blade Runner, flic spécialisé en la matière, de retrouver coûte que coûte les fuyards. Deckard chassera les Réplicants, mais tombera amoureux d'une d’entre eux : Rachel. Cette dernière se croyant humaine, vit normalement l’air de rien, comme assistante d’Eldon Tyrrel, son créateur. Deckard sera alors chargé de l’éliminer, mais ne pourra s’y résoudre…ouf !

 
L’origine :
 
undefinedL'histoire est tirée du roman « Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques ? », en v.o : « Do Androids Dream of Electric Sheep ? », écrit par Philip K. Dick en 1966 (Oui je sais ça fait con, pourquoi pas alors : « les ornithorynques fantasment-ils sur les ours blancs d’Amazonie à vapeur » non mais ?).
En plus de ce roman, ce cher Dick, cingléparanoskyzotaré de sont état (si si, regardez sa bio…), a eu la bonne idée de nous faire plein d’autres belles histoires. Certaines d’entre-elles ont aussi servi de base à d’autres films, comme « total Recall » (Souvenirs à vendre), « Planète hurlante » (Nouveau modèle), « Minority report » (Rapport minoritaire) et même notre série chérie « Cobra » tirée de la même nouvelle que « Total Recall ».
 
Littéralement, Blade Runner siginifie « Celui qui court sur le fil du rasoir ». Ce titre de film fut acheté pour une somme symbolique à William S. Burroughs qui écrivit dans les années 50 un roman bizarrement appelé « Blade Runner : a movie » (ça s’invente pas !!) . La deuxième source pour le titre provient d'un autre roman de science-fiction écrit dans les années 70 par Alain Nourse, et portant le titre de « Bladerunner » également mais en un seul mot (décidément !!).
 
 
Différence entre le livre et le film :
 
undefinedLe film diffère très largement du roman dont il s’inspire :
 
-  Le mot  "Blade runner"» ne figure pas dans le texte original (c’est déjà une sacrée différence ça, non ?). 
- L’action du roman se déroule en 1992 à San Francisco, alors que dans le film l’histoire se passe en 2019 à Los Angeles (bon ça je ne vois pas pourquoi ils l’ont modifié, cela pourrait bien se passer à Antananarivo que ça ne ferait pas une grande différence…).
- Dans le roman, les personnages de « Pris » et « Rachel » sont physiquement identiques, alors que dans le film, les rôles sont joués par 2 actrices différentes.
- Dans le roman, Deckard est marié et s’occupe de moutons électriques (entre ça et garder des escargots de bourgogne sauvage élevés au grain….houu rigolez pas : il faut se méfier de ces bêtes là, leurs ruades sont spectaculaires)
- Il y a de la poussière radioactive partout dans l’air et le sol dans le roman, et pas dans le film.
- Les Réplicants s’appellent des « andros » dans le roman.
- Dans le livre, Philippe K. Dick insiste sur l’importance des animaux véritables, leur rareté et leur prix alors que dans le film ce sujet-là n’est pas abordé mais il y a malgré tout de nombreuses allusions (hibou, colombe, serpent).
 
 
undefinedLa réalisation :
 
Pour ce film, Ridley Scott s'est entouré de techniciens de génie : le décorateur Lawrence G.Paul et Douglas Trumbull, maîtres des effets spéciaux à Hollywood ( « 2001 : L’Odyssée de l’espace », « Star Trek » ou encore « Rencontres du Troisième Type »), ainsi que du designer industriel, Syd Mead , créateur de la trentaine de véhicules futuristes présentés dans le film. Très influencés par Metropolis de Fritz Lang, ce dernier a aussi réalisé le design des décors ainsi que des architectures des bâtiments. Il s’est aussi occupé de l’ensemble des objets high-tech qui parsèment le film.


Décors et ambiance :
 
undefinedL'atmosphère de Blade runner est oppressante : la ville est faite de grands gratte-ciels, elle est sombre et éclairée par la lumière des néons publicitaires, il y pleut en permanence pour la plus grande joie des fan de Fred Astaire ( ha ? je l’ai déjà faite celle-là ? oups pardon !) et elle grouille de toute part par des gens impersonnels (en fait un peu comme maintenant quoi… flûte, je vais rajouter à la sinistrose ambiante L ).

Dans ce Los Angeles transfiguré, où l’on peut néanmoins reconnaître les immeubles « 
Ennis Brown House »de Frank Lloyd Wright (construit en 1924) et le « Bradbury Building » de George Wyman (construit en 1893) que tout le monde connaît bien entendu, l’architecte s’est inspiré d’un roman de science-fiction se passant en l’an 2000.


Le film fut tourné dans les studios de Burbank, dans des décors de rues de New York, construits en 1929, qui servirent aussi à de nombreux films noirs des années 1940. Justement, dans Blade runner il y a une influence général du film noir des années 40 et de ses codes : le héros est un flic désabusé, cynique, secret, qui évolue dans un univers sombre ou l’on retrouve la classique femme fatale, ici Rachel (ben oui, sinon c’est plat comme histoire). Il est donc à mi-chemin entre le film d’anticipation et le polar des années 40.


Contexte :
 
undefinedLors de sa sortie initiale en salles, Blade Runner fut un échec financier important et le film disparut très rapidement des écrans, le public n’appréciant pas la noirceur de son final.

Lors de la sortie, Harisson Ford, alors extrêmement populaire auprès des jeunes, notamment grâce à « Star Wars » (l’épisode 4, sorti en 1977 et l’épisode 5, sorti en 1980) ou Indiana Jones (L’arche perdue, sortie en 1982) devait faire profiter le film de sa notoriété.


Les producteurs ont alors remonté (« refait », pour les mal-comprenants) le film, sans l'accord de Ridley Scott (sympa l’ambiance !!). Harrisson Ford devient donc un vrai flic humain (donc pas de doute sur son éventuelle appartenance à la race des réplicants) et la fin devient une escapade amoureuse entre Rachel et Deckard, avec une forêt en arrière plan (flon flon les violons !). Pour réaliser cette fin, la production n’a pas hésité à se servir de rushs inutilisés du film de Kubrick, « Shining » (rien ne se perd, rien ne se crée …!), tournés pour la séquence du début où Jack Torrance (Jack Nicholson) se rend avec sa famille à l'hôtel Overlook dans le Colorado.


Tous les longs plans de la ville, toutes les longueurs du film ont été accompagnés de commentaires avec la voix (off) d’Harrisson Ford, expliquant les scènes aux spectateurs (beaucoup trop stupides pour comprendre sinon bien entendu !!).
 
Lorsqu'il fut enfin disponible en vidéocassette, quelques années plus tard, un petit groupe d'amateurs se mirent à écrire un peu partout des articles sur le film, ce qui permit de mieux le faire connaître auprés du grand public et de devenir ensuite un film culte. 
 
Blade Runner existe en plusieurs versions. Outre les trois les plus connues : version d'origine américaine, version européenne et une version appelée « Blade Runner : version réalisateur », le film en a aussi connu plusieurs autres au montage ou au niveau de son exploitation par la Warner Bros. Et les écarts sont nombreux, en plus des fins différentes.
 
undefinedLe « Director’s Cut » est sorti en 1992 lorsque Ridley Scott essaya de rétablir son film dans sa version originale : la voix off disparaît ainsi que la fuite de Deckard et Rachel dans la nature, le doute sur l’humanité de Deckard est réintroduit. R. Scott a aussi inséré le plan d’une licorne dans la scène où Deckard joue au piano, licorne qui revient plus tard sous la forme d’un pliage en origami déposé devant la porte du héros par le policier qui le soupçonne.

Ridley Scott, empêché jusqu’au bout de faire sa rectification par un ultimatum de
la Warner, a alors sorti une « version d’auteur finale » en 2007.
 
Philip K. Dick n’a jamais pu voir le film sortir sur les écrans, il est mort d’une crise cardiaque en 1982, mais il a tout de même pu en voir un montage de 20 mn avec les effets spéciaux et les bruitages mais sans la musique. Il fut impressionné par le travail de Ridley Scott et de son équipe et il déclara que ce qu’il avait vu correspondait tout à fait à la vision qu’il avait en écrivant son roman.
 
Le quotidien britannique The Guardian a publié en 2004 les résultats d'un sondage effectué sur soixante des plus grands scientifques mondiaux, pour élire le plus grand film de science-fiction de l'histoire. « Blade Runner » a été classé meilleur film devançant de peu « 2001 : l'odyssée de l'espace » (1968), « Star wars : La Guerre des étoiles » (1977), « Star wars : L'Empire contre-attaque » (1980), « Alien, le huitième passager » (1979) et « Solaris » (1972).
 
 
undefinedLes personnages principaux :
 
- Rick Deckard (Harrison Ford, avec sa voix française : Richard Darbois) est un Blade Runner, un membre spécial de police de Los Angeles, chargé de la traque des indésirables Réplicants.

- Roy Batty (Rutger Hauer), le réplicant blond, est le chef des renégats échappés de Mars. C’est le le «fils prodigue» d'Eldon Tyrell, son créateur. Il peine à contrôler ses émotions.


- Rachel ou Rachael (Sean Young) est une réplicante de la dernière génération. Créée elle aussi par Eldon Tyrell, il lui a implanté les souvenirs de Sarah, sa nièce, lui permettant de se croire humaine.
undefined


- Gaff (Edward James Olmos), est un aussi « Blade Runner » de la police. C’est un personnage très mystérieux de par son langage (le Cityspeak, un mélange de langues) et sa passion pour l’origami.


- Zhora (Joanna Cassidy). Cette réplicante subvient aux besoins de tout le groupe de Nexus 6, en travaillant comme danseuse exotique au bar de Taffey Lewis.


- Pris (Daryl Hannah) est un réplicante créé pour le divertissement, un « modèle de plaisir » (désolés pour les males du blog, y’en a plus en stock et on ne fait plus ce modèle…).
 C’est la petite amie de Roy.


- J.-F. Sebastian (William Sanderson), est le généticien de la « Tyrell Corporation ». Il souffre du « syndrome de Mathusalem », maladie imaginaire apparenté à la «progéria », une maladie génétique dégénérative qui engendre un vieillissement accéléré. Le pauvre homme vit en solitaire avec des automates qu'il a lui-même créés.


- Leon (Brion James), est le premier Nexus-6 que l’on voit au début du film, lorsqu’il passe le test dit de « 
Voight-Kampff ». Ce test permet d’identifier un réplicant en mesurant les variations de sa rétine au cours d’un interrogatoire particulier.


- Le Dr
Eldon Tyrell (Joe Turkell), est le créateur des Réplicants. C’est le fondateur de la Tyrell Corporation.
 
 
Le thème musical :
 
undefinedLa bande originale du film a été composée par Vangelis.

La musique dans Blade runner a une place très importante (et plus encore dans la version sans la narration d’Harrisson Ford). Ce film ne serait pas aussi grandiose sans sa musique.


C’est un mélange de musique classique, de morceaux sombres avec des sons futuristes au synthétiseur, qui créé une ambiance noire et mélancolique.


Le compositeur grec a également travaillé avec Demis Roussos (un choix « pile-poils » 
J) pour certains arrangements et chants.
L'album de la bande originale ne parut qu’en 1994, 12 ans après la sortie originale du film, mais une version illégale (bootleg) circulait déjà depuis longtemps.
 
 
Une suite :
 
Blade-Runner-vaisseau.jpgLe livre « Blade Runner, Tome 2 » de K.-W. Jeter, est plus le prolongement du film que la suite du roman de Philip K.Dick. Deckard en est toujours le héros : on le retrouve après qu'il ait pris la fuite à la fin du film, vivant avec la femme qu'il aime dans une paisible quiétude, jusqu'au jour où ceux pour qui il travaillait se mettent à le rechercher : une femme est particulièrement à ses trousses, elle ressemble comme deux gouttes d'eau à Rachel.
Autre évolution, la politique de l'ONU aurait été modifiée : non seulement les répliquants seraient traqués mais également les Blade Runner. De plus, on apprend qu’un autre répliquant serait encore dans la nature…. Deckard serait-il celui-ci ?
 
Une suite cinématographique avait été envisagée, Ridley Scott avait lui-même lancé la rumeur, mais il est ensuite revenu sur sa décision. Il aurait cependant déclaré ! "S'ils veulent faire une suite, qu'ils le fassent".
 
 
Notre avis :
 
Nous aimons vraiment l’ambiance claustrophobique de ce film, avec cette ville labyrinthique, grouillante et futuriste, le mélange d’architecture, de langue, de style. Tout cela avec la merveilleuse musique de Vangélis. Pour nous, c’est un film culte, un summum du film de science fiction.
 
J’ai (Odile) eu la chance d’aller voir la version définitive 2007 « Final cut », il y a un mois, au cinéma. Cette version reprend en grande partie la version de 1992.
J’ai vraiment adoré voir ce film sur grand écran. Jusqu’à présent, je ne l’avais vu qu’en vidéo et en version non définitive. J’ai vraiment été époustouflée, subjuguée, exaltée par la beauté des images et de la musique.
 
undefinedMoi (Mathieu), je me souviens de l’avoir vu sur La 5 la première fois et j’avais vraiment adoré. Je ne rate aucunes des rediffusions. 
 
(Nous) Allez, juste pour le plaisir, voici la dernière phrase de Roy avant de mourir et de lâcher la colombe. Elle est tellement belle : 
« J'ai vu des choses que vous autres ne croiriez pas. Des vaisseaux en flammes sur le Baudrier d'Orion. J'ai vu des rayons cosmiques scintiller près de la Porte de Tannhäuser. Tous ces instants seront perdus... dans le temps... comme les larmes... dans la pluie. Il est temps... de mourir ».








Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

LanSharK 09/11/2011 12:54



Si vous vous demandez ce que donnerez Blade Runner avec les techniques actuelles, vous pouvez vous jeter sur ce petit court métrage des studio Stargate (c'est eux qui font Heroes, 24 Pan AM)
http://oblikon.net/news/un-court-metrage-dans-lunivers-de-blade-runner/ 



Larry 08/01/2009 14:34

un super film, avec une ambiance sombre, la ville humide et noire, les réplicants qui veulent être des humains à part entière,Un Rutger Haueur excellent (j'adore cette acteur) et bien sur Harrison Ford un tres bon film, qui n'a rien à envier aux films d'aujourd'hui !!

Odilederey 06/01/2009 17:00

Ah ben je suis contente que tu aies pu le voir et que ça t'aie plu ma p'tite Steph !

Steph75 06/01/2009 12:57

Et voilà ! merci France 4 qui a rediffusé hier au soir ce fabuleux film ! J'ai enfin pu le voir avec mes yeux de d'adulte et c'est un réel plaisir. Quelques images sont un peu dures, mais l'ambiance est comme dans mon souvenir, oppressante, effrayante mais fascinante à la fois. Ce monde sombre, pollué, le tout servi avec la musique de Vangelis et le charisme d'Harrisson Ford ... un régal. Mention spéciale aussi à l'acteur qui jour Roy, j'adore !!!! A voir absolument, et à mon avis, on aime sans conteste ou bien on deteste mais ce film ne peut laisser indifférent

mag 26/03/2008 21:32

hé ben ... !!!! Vous, quand vous faites un article, vous le faites à fond !!!Bon, alors, perso j'ai pas vu le film .... mais en tout cas, votre article il donne envie !!Bravo à Ddile et à Maht !!!!! quel boulot !!!